Jeudi 17 septembre 1914

Au matin : il fait bien froid. Déjeunons à la maison.

Dannemarie

Dannemarie

L’escadron se réunit et part dans la direction d’Ammerzwiller que nous traversons, et allons au-delà. Nous nous arrêtons à la sortie Est de ce village et un peloton pousse une pointe sur Bernwiller. Dans ce village se trouve aussi le peloton cycliste. On entend quelques coups de fusil. Je suis rappelé vers l’escadron. Quelques hommes sont au combat à pied. Les reconnaissances reviennent. L’escadron reste une partie de la journée dans un verger. L’artillerie tire sur Galfingen. Le soir : 3h, on doit attaquer Bernwiller. L’escadron prolonge l’attaque du côté gauche. Nous entrons dans et revenons sur Gildwiller. Je retourne porter un renseignement au commandant du 235e. Je reviens sur Bernwiller. En arrivant quelques obus sifflent, puis éclatent tout près de la route. Je trouve l’escadron massé à l’entrée. Les obus français éclatent sur la lisière du bois. Quelques obus allemands y éclatent aussi. L’escadron se retire, puis se dirige, par Hecken et Hagenbach, sur Dannemarie où il doit cantonner. Je pars avec Champeil et l’adjudant afin de reconnaître le cantonnement. Nous arrivons à la nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s