Du 16 au 23 janvier 1918

extrait de son carnet

Le 16/01 – Quittons Villers Allerand pour Chouilly

Le 17/01 – Allons cantonner à La Fère Champenoise.

Le 18/01 – Allons cantonner à Baudemant jusqu’au 23/01.

dessin de L. Broquet « bourrasque »

Du 5 au 31 décembre 1917

Le  5/12 – Longpierre (Dammartin en Goële ) Seine et Marne.

Le 6/12 – Lagny – Thorigny – Pomponne.

Le 7/12 – Rozoy en Brie.(Rozay)

ROZOY en BRIE

 

Le 16/12 – Départ de Rozoy(Rozay) en Brie.

Le 17/12 – Passe la nuit à Sézanne – Dépôt d’éclopés.

Le 18/12 – Arrive camp (Champ Hardi) – Villencelles – 5éme cuirassiers.

( Jusqu’au 02 janvier 1918 )

Du 14 novembre au 4 décembre 1917

14 /11  Retour Vitry  8h40  soir.

15/11  Epernay.

16/11  Rilly. Monte aux tranchées le soir : Croix Pompelle jusqu’au 20/11.

dessin de L. BROQUET

20/11  Relevé. Rilly

21/11  Embarquons à Viry dans la soirée.

22/11  Arrivée Corbie 8h soir.

27/11  Cantonnons Breteuil.

28/11  Cantonnons Clermont (Oise)

29/11  Repos

Du 30/11 au 4/12   Cantonnons Chantilly.

 

Du 2 octobre au 1er novembre 1917

Le 2 : Le groupe monte aux tranchées au soir. Secteur de route de Reims avec 5éme Cuirrassier.

La tranchée par Georges Scott

dessin de Léon Broquet

Le 4 : Deux coups de main au loin (1 à droite, 1 à gauche)

Le 5 : Coup de main à gauche de la Pompelle dans la nuit.

Le 7 : La section descend en réserve

Le 10 : Remontons en 1ére ligne

Le 15 : Descendons à Rilly la Montagne

Le 26 : Montons aux tranchées (Bois des Zouaves)

le bois des Zouaves par Léon Broquet

Le 30 : Descendons en réserve

Enregistrer

Enregistrer

Du 2 au 25 septembre 1917

Le 2 septembre : Montons aux tranchées (Lisieux)

Le 6 septembre : Coup de main des Boches sur La Pompelle (gaz) , brouillard intense.

Le 7 septembre : Coup de main du 12éme Cuirassiers en face de La Pompelle , aucun incident.

Le 10 septembre  : Coup de main des Boches à droite de La Pompelle , brouillard intense.

Le 12 septembre : Coup de main infanterie à notre gauche. R.A.S.

Du 16 au 25 septembre : Relevés. Montons à Rilly.

***********************

Une belle et émouvante chanson écrite par David OLNEY,

intitulée « 1917 », chantée par Linda Ronstadt & Emmylou Harris

(CD  » Western Wall/ The Tucson Sessions » 1999)

Un extrait de la traduction :

« Ils meurent dans les tranchées et dans les cieux

En Belgique et en France, les morts sont partout

Ils meurent trop vite, on n’a pas le temps de préparer

Une tombe décente pour les accueillir.

Gloire du vieux monde, renommée du vieux monde.

Le vieux monde s’en est allé, s’en est allé en flammes

Rien ne sera plus jamais pareil

Et rien ne dure toujours. »

Voir paroles anglaises sur le site : http://lyrics-keeper.com/fr/linda-ronstadt-emmylou-harris/1917.html

ou ci-dessous:

1917

The strange young man who comes to me
A soldier on a three day spree
He needs one night’s cheap ecstasy
And a woman’s arms to hide himHe greets me with a courtly bow
And hides his pain by acting proud
He drinks too much and he laughs too loud
How can I deny him?Let us dance beneath the moon
I’ll sing to you ‘Claire de Lune’
The morning always comes too soon
But tonight the war is overHe speaks to me in schoolboy French
Of a soldiers life inside a trench
Of the look of death and the ghastly stench
I do my best to please him

He puts two roses in a vase
Two roses sadly out of place
Like the gallant smile on his haggard face
Playfully I tease him

Hold me ‘neath the Paris skies
Let’s not talk of how or why
Tomorrow’s soon enough to die
But tonight the war is over

We make love too hard, too fast
He falls asleep, his face a mask
He wakes with the shakes and he drinks from his flask
I put my arms around him

They die in the trenches and they die in the air
In Belgium and France, the dead are everywhere
They die so so fast, there’s no time to prepare
A decent grave to surround them

Old world glory, old world fame
The old worlds gone, gone up in flames
Nothing will ever be the same
And nothing lasts forever

Oh, I’d pray for him but I’ve forgotten how
And there’s nothing, nothing that can save him now
There’s always another with the same funny bow
And who am I to deny them?

Lux aeterna Luce-at e-is
Domine cum sanctic tu-is in aeternum, qui-a pius es
Requiem aeternaum dona e-is Domine, qui-a pius es

Requiem aeternaum dona e-is Domine, qui-a pius es
Et lux perpetua luce-at- e-is Cum sancris tu-is in
Aeternum qui-api-us es, tonight the war is over

Enregistrer